Posted on: 12 septembre 2021 Posted by: Rayane Beyly Comments: 0

S’il se sont inclinés hier sur la pelouse de La Paris La Défense Arena du Racing 92 (23-10), une semaine après leur revers contre Toulouse, les Rochelais conservent des arguments solides pour se refaire rapidement une santé.

Touché, loin d’être coulé

Remontons en arrière. Un Stade Rochelais mal en point dès les deux premières journées de championnat, est-ce déjà arrivé ? Affirmatif. Saison 2014-2015, l’année de leur remontée, les Maritimes perdent leurs deux premières rencontres se faisant notamment étriller à Toulon (60-19, ndlr), mais se reprennent par la suite. Idem pour l’exercice 2015-2016 ouvert sur deux défaites. On le sait tous, ce n’était pas le même Stade Rochelais. Il s’agissait encore d’un club novice loin du molosse qu’il est aujourd’hui, vice-champion d’Europe et de France. Avec les moyens du bord, il s’était sorti d’une mauvaise passe. Et il fera certainement la même chose cette saison, avec des moyens plus confortables. Alors, si l’on oublie le maigre point de bonus défensif récolté en deux journées jusqu’ici, La Rochelle est-elle vraiment à côté de ses pompes ? Loin de là. La semaine passée contre Toulouse, malgré la défaite, les joueurs de Ronan O’Gara étaient parfaitement dans le coup face à leurs rivaux Rouge et Noir. Jusqu’à ce que le carton rouge de Will Skelton ne vienne compliquer les choses. Hier soir encore, les Rochelais n’étaient pas loin de casser la baraque ciel et blanche et de se rappeler au bon souvenir d’un Racing qu’ils avaient éliminé en demi-finale de Top 14 l’an passé. Les charges de Gourdon ou Bourgarit et les courses de Favre ou Popelin ont eu un impact non négligeable. Mais c’était sans compter cette 71ème minute de jeu où l’arbitre M. Trainini, peu de temps avant de se blesser à la cheville et d’être remplacé par son juge de touche, accordait un essai de pénalité au Racing pour un ballon arraché illégalement par Bourdeau sur Fickou, juste avant l’en-but. 23-10 score final. Si ce n’est pas encore la crise du côté du Vieux Port, le calendrier à venir n’est pas si clément que ça avec les Jaune et Noir. La semaine prochaine, c’est à Clermont qu’ils se rendront, face à des Jaunards eux aussi sevrés de victoires, s’étant même inclinés à Marcel-Michelin hier contre Castres. La Rochelle recevra ensuite Biarritz avant de se rendre à Montpellier. Programme chargé.

Il manque encore du monde

L’ex-parisien Jonathan Danty sera très attendu sous ses nouvelles couleurs rochelaises (image: S. Mantey/L’Équipe).

Au cours de ces deux premières journées, quelques joueurs, et non des moindres, manquaient à l’appel. Le XV de départ rochelais avait fière allure, mais pouvait déplorer l’absence de son arrière Brice Dulin, hier en tribunes pour la rencontre face à ses anciens partenaires du Racing 92. L’international se remet progressivement de sa fracture de la main gauche. De même, il n’y a pas encore eu de Jonathan Danty à l’horizon, l’ex-parisien étant l’une des recrues majeures du club de Vincent Merling. On ajoutera les All Blacks Tawera Kerr-Barlow et Victor Vito qui n’ont pas encore foulé les pelouses françaises cette saison. Les trois-quarts Arthur Retière et Levani Botia n’ont pas non plus retrouvé les terrains. Si ça n’explique pas tout sur le début de saison décevant du Stade Rochelais, il va sans dire que cette poignée de joueurs devrait permettre à La Rochelle de passer à la vitesse supérieure, et de s’extraire de la morose treizième place qui est la sienne après deux journées.

Rayane Beyly

Source de l’image en vignette: (Photo AFP) / la Nouvelle République

Leave a Comment