Posted on: 20 décembre 2021 Posted by: Rayane Beyly Comments: 0

Face à la remontée du virus, la seconde journée de compétition a été gâchée le week-end dernier. Plusieurs rencontres ont dû être reportées ou annulées.

Montpellier heureux vainqueur du Leinster, Pau petit poucet rêveur qui balaye les Saracens, triples champions européens. Si on ne s’arrête qu’aux faits, les résultats des deuxièmes journées de Champions Cup et Challenge Cup sont inespérés pour les clubs français. Mais ce n’est là qu’une vision tronquée de la réalité. Derrière les multiples succès sur tapis vert avec bonus offensif ponctués d’un monotone 28 à 0, un constat s’impose : la Covid-19 est bien de retour. Avec la recrudescence précipitée du virus, la compétition européenne est retombée dans ses vieux travers de l’an passé. Pour rappel, les dernières journées de phases de poules avaient été annulées lors de la saison 2020-2021. La situation n’est pas moins calme en cette fin d’année, malgré des différences de traitement d’un club à un autre. L’EPCR a dû marcher sur des œufs, entre les clubs qui ne pouvaient jouer sans provoquer un risque de contamination à la Covid-19 (comme le Leinster ou les Ospreys, ndlr), et ceux affectés par les restrictions de déplacement entre la France et le Royaume-Uni. Des défaites par forfait pour les premiers, des reports pour les seconds. Et une équité laissée sur le banc de touche.

De nombreux reports

L’ensemble des rencontres franco-britanniques a été reporté à une date encore inconnue. Samedi dernier, le Castres Olympique était le seul club français à fouler les pelouses au cours du week-end (défaite 19-13 au Munster, ndlr). Pour le président tarnais Pierre-Yves Revol, cette exception n’a pas de sens : « Le report de toute la journée aurait été plus logique, compréhensible et clair. J’ajoute que sur le plan sanitaire, la situation en Irlande aujourd’hui ne diffère pas vraiment de celle de la Grande Bretagne ». Champions Cup et Challenge Cup confondues, ce sont actuellement huit rencontres qui vont devoir être reprogrammées en dépit d’un calendrier chargé qui ne laisse qu’une très fine marge de manœuvre. Sans parler d’une équipe comme Brive qui n’a toujours pas disputé le moindre match après deux journées en Challenge. Pierre-Yves Revol ajoute : « Les clubs français étaient unanimes pour demander le report de l’ensemble des matchs quitte à ce qu’ensuite les huitièmes de finale se déroulent sur un match direct et non plus en aller-retour ». D’ici la prochaine journée prévue pour le week-end du 14 janvier, tous les indicateurs sanitaires sont dans le rouge et l’intérêt de la compétition pourrait bien en pâtir.

Rayane Beyly

Source de l’image en vignette: www.epcrugby.com

Leave a Comment